Détails

Sécheresse, automne turbo et qualité suprême : Le millésime 2020 dans les régions viticoles allemandes

14/12/2020

L’année 2020 a produit un vin de très haute qualité à l'échelle nationale. L'Institut du vin allemand présente ci-dessous l'évolution du millésime dans les 13 régions viticoles allemandes.


Après un printemps chaud et ensoleillé, les premiers sarments verts sont apparus dans les vignes en avril. Puis, au moment des « saints de glace » à la mi-mai, le gel est revenu et a causé de graves dégâts et des pertes de rendement considérables, en particulier en Franken, en Sachsen et dans la Saale-Unstrut, ainsi que dans certaines parties du Württemberg.

Les vignes ont fleuri tôt, à la fin du mois de mai, soit huit à dix jours avant la moyenne des 30 dernières années. En conséquence, la vendange principale a commencé précocement, à la fin du mois d'août, dans de nombreux vignobles. La période prolongée de beau temps, avec des températures dignes du milieu de l’été, a fait mûrir en même temps de nombreux cépages, ce qui a mis une pression supplémentaire sur la récolte. Les viticulteurs ont souvent vendangé tôt le matin ou au milieu de la nuit, lorsqu'il faisait plus frais, afin de conserver la fraîcheur typique des vins allemands.

L'année 2020 restera dans les mémoires comme un « automne turbo », qui s'est terminé en septembre dans de nombreux cas.

« Les variétés rouges en particulier ont bénéficié du temps chaud. Le potentiel de ces vins de toutes les régions, qui sont déjà d'un rouge profond, avec un arôme intense de baies et une texture veloutée, s'améliorera encore à mesure qu'ils vieilliront en cave », a déclaré l'Institut du vin allemand. Le 30 novembre, le millésime a été couronné par une récolte réussie de raisins gelés pour le vin de glace dans certaines régions.

Distribution diverse des quantités récoltées

Avec environ 8,6 millions d'hectolitres, le volume de la récolte est légèrement supérieur à celui de l'année précédente et inférieur de 2% à la moyenne décennale. Toutefois, les quantités sont très inégalement réparties dans le pays. Alors que les viticulteurs de Franconie enregistrent une récolte historiquement faible, inférieure de 38% à la moyenne à long terme, ceux de la Hessische Bergstraße ont pu augmenter leur rendement de 31%. Dans les deux plus grandes régions viticoles allemandes, Rheinhessen et le Pfalz, des volumes de récolte moyens à légèrement supérieurs à la moyenne ont été atteints, avec respectivement une baisse de 1% et une hausse de 6%. Baden et Württemberg annoncent chacun un déficit de récolte de 10%.

Compte-rendu du millésime 2020 dans les 13 régions viticoles. Vous pouvez trouver plus de détails sur l'évolution du millésime dans les 13 régions viticoles individuelles ici :

Ahr
562 hectares

« Le millésime 2020 peut être décrit en quelques mots comme suit : petite quantité – très grande qualité », déclare Knut Schubert, district manager de l'association des viticulteurs de Rhénanie-Nassau. Après un faible rendement en 2019, le volume attendu cette année, de 39.000 hectolitres, est à nouveau conforme à la moyenne à long terme, mais les viticulteurs espéraient un peu plus. Les vignobles des zones escarpées et en terrasses, typiques de l'étroite vallée de l'Ahr, ont particulièrement souffert de la sécheresse. Dans la région de l'Altenahr, des gelées tardives se sont produites en mai, ce qui a encore réduit le rendement escompté. Les maladies, la pourriture et les parasites ont été rares tout au long de l'année. Toutes les vendanges sont effectuées exclusivement à la main sur les pentes de l'Ahr, et seules les parties du raisin soumises à un stress hydrique ont dû être retirées. Afin de répondre à la demande accrue pour le vin blanc, la proportion de Blanc de Noir de l'Ahr est augmentée depuis un certain temps. De même, comme les vins rosés sont également de plus en plus populaires, de nombreux vignobles ont été vendangés plus tôt que d'habitude. « Le millésime 2020 de l'Ahr convaincra les connaisseurs par l'excellente qualité de son vin. Il n'était pas rare que le poids des moûts dépasse 100 degrés Oechsle pour les cépages Pinot » déclare Knut Schubert. Le Frühburgunder et le Spätburgunder (Pinot Noir) arborent une robe d'un rouge profond.

Baden
15.836 hectares

La récolte a été plus précoce que jamais ! Les viticulteurs de la région viticole la plus au sud-ouest ont commencé à vendanger leurs raisins à la mi-août. Cette année, les habitants de Bade ont pu profiter de conditions météorologiques optimales, avec de nombreuses nuits d'été fraîches. C'était un avantage, surtout pour les cépages typiques de la région, les Pinot. « 2020 a été une année relativement facile pour les viticulteurs du Bade, sans problèmes de maladies dans le vignoble », déclare Rainer Zeller, le président de la viticulture du Bade. Les vignerons ont pu récolter des raisins extrêmement sains. Les vins se caractérisent donc par des accents fruités, et les rouges par leur couleur intense. Seule la sécheresse a causé des problèmes. En raison du manque de précipitations, les rendements se sont avérés légèrement inférieurs, une baisse particulièrement évidente pour les variétés de Pinot. Dans l'ensemble, le volume de récolte estimé de 1,1 million d'hectolitres est inférieur de 11% à la valeur de l'année précédente et de 10% à la moyenne à long terme. Les vignerons font face à un problème de pénurie d'eau depuis plusieurs années, et l'association des viticulteurs prend également la question au sérieux. « À l'avenir, nous devrons envisager une irrigation », déclare Rainer Zeller. C'est pourquoi des systèmes d'arrosage sont d’ores et déjà mis en place dans de nombreux vignobles.

Franken
6.137 hectares

La bonne qualité du raisin est la plus grande consolation pour les Franconiens, qui enregistrent un rendement de récolte historiquement faible. Avec une production estimée à 267.000 hectolitres, soit environ 38% de moins que la moyenne à long terme, les vignerons enregistrent la plus petite production depuis 35 ans. Ce résultat est dû au double défi auquel les viticulteurs ont dû faire face le long du Main et de la Steigerwald cette année. Premièrement, les gelées tardives de mai ont causé d'immenses dégâts, en particulier au niveau du méandre du Main. Ensuite, une longue période de sécheresse a sévi dans toute la région de culture. Comme le rapporte Beate Leopold de Weinbauring Franken, les réserves d'eau du sol sont épuisées après les années de sécheresse, 2018 et 2019. « Le sol n'est plus saturé », dit-elle. Les viticulteurs s'arment donc pour les années à venir. Des souffleries devraient aider à compenser les nuits de gel dans le futur, et les viticulteurs installent des systèmes d'irrigation dans de nombreux endroits pour lutter contre la sécheresse. Cela en vaut la peine, comme en témoignent les vins jeunes de Franconie : Ils sont riches en fruit avec une acidité vivifiante. « 2020 est un petit millésime, mais le Silvaner s’avère gagnant sur le plan climatique et sait parfaitement tirer le meilleur du terroir du Trias franconien », a déclaré le président de la viticulture, Artur Steinmann.

Hessische Bergstraße
463 hectares

La plus petite de toutes les régions de culture allemandes est l'une des chanceuses, puisqu’elle a pu obtenir une récolte nettement plus importante que d'habitude cette année. Avec 38.000 hectolitres attendus, la récolte de moût de vin est supérieure d'environ 31% à la moyenne décennale. La Bergstraße hessoise a ainsi enregistré la plus forte augmentation en volume de toutes les régions viticoles. La récolte, supérieure à la moyenne, a été très rapidement mise en cave. Grâce à un ensoleillement important et à des températures souvent supérieures à 25 degrés, les raisins ont mûri rapidement et leur teneur en sucre a été propulsée vers le haut. Afin de maintenir le moût aussi frais que possible, la plupart des équipes de vendangeurs se sont rendues dans les vignobles au petit matin ou la nuit. L’année viticole dans la Bergstraße hessoise a également été caractérisée par une sécheresse prolongée et des températures chaudes. En conséquence, l'acidité globale est légèrement inférieure à la normale. Les raisins étaient tous très sains, ce qui est également dû au temps : de faibles précipitations sont synonymes de faible sensibilité aux maladies.

Mittelrhein
468 hectares

La végétation du Rhin moyen a entamé sa croissance dès le mois d'avril : grâce à un printemps exceptionnellement chaud, les viticulteurs ont pu observer le développement de leurs vignes plusieurs jours plus tôt que d'habitude. Mais à l'approche des saints de glace, il y a toujours un risque et la nuit du 5 au 6 mai en particulier a causé des insomnies à de nombreux viticulteurs - les prévisions météorologiques annonçaient du gel et les bourgeons des vignes avaient déjà éclaté. La majorité des viticulteurs ont heureusement été épargnés et seul Oberwesel a connu des températures critiques. Par la suite, les raisins se sont développés de manière très différente - selon l'endroit et les précipitations. « Cette année, le développement des raisins et des vignes a été très différent dans le Rhin moyen et a dépendu en grande partie de l'approvisionnement en eau », explique Gerd Knebel de la fédération des viticulteurs du Rhin moyen. L'été a été plutôt relax pour les viticulteurs, qui n’ont pas dû faire face à des vagues de chaleur ou des orages comme l'année précédente. « Nous sommes heureux que les raisins aient pu être récoltés cette année dans un état de santé très satisfaisant », poursuit Gerd Knebel. Une sélection manuelle attentive n'a pas été aussi nécessaire cette année que l'an dernier. Dans l'ensemble, la récolte devrait atteindre 31.000 hectolitres, soit environ 11% de plus que la moyenne à long terme.

Mosel
8.744 hectares

Lorsque les vignerons mosellans parlent d'un « automne envieux », ils réfèrent à la répartition très différente des rendements et de la qualité au sein de la région de culture. La Moselle serpente sur plus de 230 kilomètres à travers le paysage viticole et les conditions changent souvent après chaque méandre de la rivière. Il peut arriver qu'un vigneron récolte le millésime de sa vie, tandis que son collègue, quelques villages plus loin, reparte presque à vide. Cette année, ils n'avaient tous qu'une chose en commun : une sécheresse prolongée pour la troisième année consécutive. Par conséquent, le fait qu'un vignoble fasse partie des gagnants ou des perdants cet automne dépendait principalement de la quantité de pluie qu'il avait reçue. « Il y a des différences locales évidentes, mais la plupart des viticulteurs devraient être satisfaits », déclare Stefanie Vornhecke, vice-présidente de l'association de viticulture. Surtout après l'année précédente exceptionnellement faible, en 2019, le volume de la récolte de cette année est estimé à 813.000 hectolitres, soit 10% de plus que la moyenne à long terme. Un des avantages de la saison sèche cette année est que les viticulteurs mosellans ont eu peu de problèmes de maladies dans les vignobles. On a ainsi pu récolter des raisins parfaitement sains, avec une acidité modérée. Les moûts promettent des vins mosellans très typiques, aux arômes intenses et au caractère fruité. Cela qui convient particulièrement bien à un style de vin typique de la région, le Kabinett, et 2020 a offert des conditions parfaites pour cela. Les amateurs de ce type de vin léger et fruité peuvent s'attendre à un très bon millésime.

Nahe
4.239 hectares

Le président de l'association des viticulteurs de la Nahe, Thomas Höfer, a qualifié l'année 2020 de « Triple A » : la quantité et la qualité ainsi que les conditions de croissance étaient exceptionnellement bonnes. Une telle combinaison est rare. Dans la Nahe, il n'y a pratiquement pas eu de gel tardif et peu de grêle. Les raisins avaient atteint un excellent poids de moût relativement tôt et étaient parfaitement sains et mûrs. Les vignerons de la Nahe ont récolté environ 339.000 hectolitres, soit 7% de plus que la moyenne à long terme. La plupart des viticulteurs ont commencé à vendanger environ une semaine plus tôt que d'habitude, la deuxième semaine de septembre. Et là aussi, la chance a joué : de nombreux viticulteurs avaient rentré leur récolte avant le début d'une période humide en septembre qui aurait mis en danger la santé des raisins. Mais au cours des mois précédents, comme dans toutes les régions de culture, les précipitations ont été insuffisantes. Les jeunes vignes en particulier, dont les racines ne sont pas encore si profondément ancrées, ont été stressées par la sécheresse due au manque de pluie. « Nous devons faire des recherches sur les variétés de vigne qui peuvent mieux s'adapter à ces conditions », a déclaré Thomas Höfer.

Pfalz
23.684 hectares

La chance du Palatinat s'est manifestée dès le printemps. La végétation a pu se développer à des températures douces, sans dommages dus au gel. Les premiers sarments verts ont fait leur apparition neuf jours plus tôt que les années précédentes. Une chaleur supérieure à la moyenne a perduré au cours des mois suivants. Tous les stades de développement des vignes ont commencé plus tôt et se sont déroulés plus rapidement que d'habitude. En juillet, cependant, une période de chaleur de plusieurs jours a provoqué des brûlures dues au soleil sur les raisins. La fin de l'été a également été sèche, ce qui a permis aux viticulteurs de vendanger en toute tranquillité et, dans la plupart des cas, sans contrainte de temps. Les Pinot ont été la seule exception : il fallait faire vite, dans leur cas, pour que le poids du moût et donc le degré d'alcool ne deviennent pas trop élevés. La sécheresse qui a sévi dans cette région de culture a eu l’avantage de prévenir les maladies. Avec une production estimée à 2,3 millions d'hectolitres, les viticulteurs ont obtenu une récolte supérieure de 6% à la moyenne des dix dernières années. Grâce à la bonne santé des raisins, la qualité du vin mis en cave est parfaite : les vins 2020 du Palatinat sont déjà concentrés et bien structurés, avec un fruit mûr et une densité de couleur élevée, ce qui est particulièrement bénéfique pour les vins rouges.

Rheingau
3.185 hectares

Le Rheingau est également l'une des rares régions viticoles allemandes où les viticulteurs ont pu se réjouir d'une récolte supérieure à la moyenne cette année. Estimée à 251.000 hectolitres, elle est supérieure de 20% à la moyenne à long terme. Le bilan des viticulteurs de la rive droite du Rhin est celui d'une année viticole très particulière, qui a déjà commencé avec une saison de croissance précoce. Les vignerons du Rheingau ont pu observer la deuxième floraison la plus précoce depuis le début des relevés - elle a eu lieu 16 jours avant la moyenne sur 30 ans. Ce qui a avancé le développement de la croissance et le travail de la vigne, entraînant une récolte très précoce. La récolte du Riesling a commencé à la mi-septembre, ce qui est plutôt inhabituel pour le Rheingau. En même temps, les viticulteurs ont pu travailler dans des conditions climatiques idéales. L'automne s'est déroulé dans le calme et la détente, sans pression due à la pourriture. « Nous pouvons être très satisfaits de nos raisins, sains et aromatiques », affirme le président Peter Seyffardt à propos de la qualité. Le seul inconvénient de l'année, comme dans d'autres régions de culture, a été le stress de la sécheresse, surtout dans les vignes plus jeunes.

Rheinhessen
26.860 hectares

Dans la plus grande région viticole d'Allemagne, le manque de précipitations a également été l'un des plus grands défis de cette année. Les pluies ont été réparties de manière très diverse dans la région, mais il y en a eu beaucoup trop peu partout - pour la troisième année consécutive. « Ces dernières années ont montré que le thème de l'irrigation gagnera également en importance à l'avenir dans la viticulture », a expliqué Bernd Kern, directeur général de l'association de viticulture de Hesse rhénane. Mais le temps a aussi eu ses bons côtés, à savoir que la Drosophila suzukii, la drosophile du cerisier, qui est redoutée depuis plusieurs années, n'a pas causé de problèmes en 2020. La récolte estimée à 2,45 millions d'hectolitres était moyenne et correspondait presque exactement à celle de l'année précédente. « Cependant, ce résultat ne reflète pas les fluctuations de production, parfois importantes, qui dépendent des précipitations », a déclaré Bernd Kern. En termes de qualité, 2020 rejoint les bons millésimes précédents. En raison du bon état sanitaire des raisins, les jeunes vins ont un arôme clair et, malgré les températures élevées de la fin de l'été, des niveaux d'acidité suffisants. Le temps a été particulièrement favorable aux vins rouges, qui ont pu mûrir parfaitement. Ainsi, ils se présentent déjà aujourd'hui avec des tannins forts et une couleur rouge profond.

Saale-Unstrut
798 hectares

Dans la Saale Unstrut, on sait exactement ce que signifie un climat frais - avec tous ses avantages et ses inconvénients. Par rapport aux autres régions viticoles allemandes, celle-ci se trouve particulièrement au nord et doit donc souvent faire face à des conditions plus fraîches. Cette année, le climat ne s’est pas montré sous son meilleur jour. Une gelée à la mi-mai a causé des dégâts considérables. « Il y a eu du gel dans des coins où il n'y en a jamais », déclare le président de l'association de la viticulture, Hans Albrecht Zieger. Les conséquences se sont ensuite fait sentir à l'automne : avec une production estimée à 3. 000 hectolitres, les viticulteurs ont récolté environ 30% de moins que la moyenne des dix dernières années. Cela signifie que le millésime 2020 serait inférieur de 14% à celui de 2019, déjà médiocre. Mais malgré la quantité décevante, les vins jeunes de la Saale-Unstrut promettent une grande qualité. Grâce au climat particulier à 51 degrés de latitude, le caractère des vins de la Saale-Unstrut est incomparablement racé, vif et franc.

Sachsen
493 hectares

À la mi-avril, des activités mystérieuses ont semblé se dérouler dans certains endroits de Saxe : des bougies et des petits feux contrôlés brûlaient dans certains vignobles pendant la nuit. Les viticulteurs les allumaient pour protéger leurs vignes des nuits glaciales. Comme les bourgeons avaient déjà éclaté, ils étaient sans défense contre le froid. D'autres viticulteurs ont essayé d'utiliser de petits moulins à vent dans les vignes pour mélanger l'air glacé du sol avec les couches plus chaudes au-dessus. Malheureusement, ces mesures n'ont permis de sauver qu'une petite partie des raisins, et le gel a causé de graves dégâts dans de nombreuses autres parties de la région. En été, des tempêtes de grêle locales ont frappé les vignobles, qui ont également été souffert de la sécheresse qui a caractérisé l'année 2020. Ce ne fut vraiment pas une année facile pour les viticulteurs de Saxe. Les conséquences sont finalement apparues à l'automne : selon les dernières estimations, avec une récolte de moût de vin de seulement 21.000 hectolitres, la récolte sera inférieure de 19% à celle de l'année précédente et de 5% inférieure à la moyenne à long terme. Une consolation pour la plupart des viticulteurs a été la qualité des raisins : les vins jeunes sont déjà extrêmement équilibrés et harmonieux. Cela fait des vins de Saxe 2020 une rareté encore plus précieuse que d’habitude.

Württemberg
11.394 hectares

Les viticulteurs du Wurtemberg ont été partiellement touchés par des gelées tardives en mai de cette année. Dans certains vignobles, tous les sarments ont gelé, endommageant ainsi les vignes dès le début de l'année de production. Cela s'est ensuite reflété dans la quantité de récolte de la région, estimée à 894.000 hectolitres et donc environ 2% en dessous de la récolte déjà faible de 2019. Par rapport à la moyenne à long terme, cela correspondrait à une diminution d'environ 10%. Du côté positif, le temps chaud et sec a été favorable aux cépages rouges, prédominants dans la région. Plus de 70% des vins produits dans le Wurtemberg sont rouges et mûrissent parfaitement dans des conditions sèches et ensoleillées. « Nous pouvons nous attendre à des vins rouges avec une long potentiel de garde », déclare Hermann Morast, directeur général de l'association des viticulteurs du Wurtemberg. Les vins blancs reflètent également la grande qualité des raisins, qui ont été récoltés dans un état sanitaire optimal, avec des valeurs en sucre élevées. Les vins jeunes sont donc très aromatiques et intensément fruités, ce qui compense les nombreux soucis et défis auxquels nous avons dû faire face. « Nous nous souviendrons de 2020 comme d'une année de très bonne qualité », a déclaré Hermann Morast

 


Retour Print