Hauts-lieux Details

en arrière

Les quatre grands tonneaux du château de Heidelberg

Hauts-lieux de la culture viticole : Bade

Ils sont légendaires, une attraction touristique de premier ordre, même s’il n’en reste qu’un seul exemplaire visible aujourd’hui : les quatre grands tonneaux du château de Heidelberg. Ils étaient déjà admirés en 1595, comme en témoigne une ode rédigée à l’époque par le théologien et chasseur de sorcières Anton Praetorius, après une visite à Heidelberg.

L’admiration de Praetorius concernait le premier des quatre tonneaux, réalisés entre 1591 et 1751. Le tonneau le plus ancien porte le nom de Johann-Casimir Fass. Il a été construit par le tonnelier  Michael Werner, de Landau et porte le nom du comte palatin Johann-Casimir. Le théologien avait surtout été impressionné par sa contenance de 127.000 litres, une capacité énorme même selon nos critères actuels. Il n’est malheureusement plus possible de l’admirer, car il a été détruit pendant la guerre de Trente ans et utilisé comme bois de chauffage.

Il a été remplacé en 1664, année où l’Électeur Karl-Ludwig a fait construire un tonneau encore plus grand, sous la direction du maître de chai de Heidelberg. Il pouvait contenir 195.000 litres de vin et était surmonté d’une piste de danse. Le Karl-Ludwig Fass a survécu à la destruction du château pendant la guerre de Succession palatine qui a fait rage entre 1689 et 1693. En 1702, une réparation a été effectuée, mais sans amélioration notoire de son état.

En 1728 a été réalisé le troisième tonneau, encore un peu plus grand. Il a été construit sur ordre de l’Électeur Karl-Philipp et pouvait contenir 202.000 litres, soit 4700 litres de plus que le précédent. Mais il présentait des fuites, de sorte qu’en 1740 on a envisagé d’en construire un nouveau. Le dernier a été achevé en 1751, sous l’Électeur Karl-Theodor et pouvait comporter 221.726 litres de vin. Aujourd’hui, il ne peut plus en contenir que 219.000, parce que le bois a séché. Le Grand Tonneau n’a d’ailleurs été rempli qu’à cette époque, parce qu’il fuyait en permanence. Il était rempli par un tuyau inséré dans un grand trou, par le dessus. Ce Karl-Theodor Fass peut encore être admiré aujourd’hui dans le château de Heidelberg.

Il est surveillé par Perkéo, la représentation du célèbre bouffon de Karl-Philipp. La tradition dit qu’il avait rapporté ce nain ne mesurant qu’un mètre mais pesant cent kilos du Tyrol pour en faire son fou. Un jour, il lui a demandé s’il pouvait boire tout seul le contenu de tout le tonneau. Et comment toujours, le bouffon a répondu “Perché no ?”, “Pourquoi pas ?’ en italien. Ce qui lui a valu son surnom. Perkéo doit sans doute avoir très bien gardé le vin, car la tradition raconte qu’il ne consommait que ce breuvage depuis son enfance. Lorsqu’il est tombé malade pour la première fois, à un âge avancé, le médecin lui a recommandé de cesser tout de suite de boire du vin, et de le remplacer par de l’eau. Perkéo a suivi ses conseils et est mort un jour plus tard.



Contact

Service-Center Schloss Heidelberg

Tel. : +49 6221 65 888-0
Fax : +49 6221 65 888-18
service[at]schloss-heidelberg(dot)com
www.schloss-heidelberg.de

Heures d'ouverture

Heures d’ouverture

Les salles intérieures ne sont accessibles que dans le cadre d’une visite guidée.

Chaque jour de 8h00 à 18h00
Dernier accès à 17h30

Le 24 décembre de 8h00 à 13h00
Dernier accès à 12h30

Fermé le 25 décembre

Le 31 décembre de 8h00 à 13h00
Dernier accès à 12h30

Drucken Drucken