Rheinhessen - Tourisme

Rheinhessen

Au pays des douces collines

Partout, des collines arrondies à perte de vue. Trulli d´inspiration méridionale, labyrinthes de caves et trésor des Nibelungen, autant de lieux à découvrir.

Ne vous y trompez pas, la région viticole de la Rheinhessen ne fait plus partie du Land de Hesse, mais bel et bien du Rheinland-Pfalz. Entourées au nord et à l’est par la grande boucle du Rhin, les vignes occupent 26 000 ha et représentent un tiers des surfaces agricoles de la Rheinhessen, mais aussi un quart des surfaces viticoles allemandes.

Aussi n’est-il pas étonnant que chaque village ou presque s’appuie sur une longue tradition viticole, depuis la terrasse du Rhin entre Mayence et Worms jusqu’aux collines d’Alzey à l’ouest, en passant par le Wonnegau au sud.

Avec un héritage d’une telle densité, nul besoin pour le touriste vitivinicole de suivre un circuit déterminé, il pourra sillonner la région à l’envi (idées de randonnées pédestres et cyclistes sur www.rheinhessen.info.de).

Palais impérial à Ingelheim

Avec un taux d’encépagement de 20 %, le Müller-Thurgau occupe la première place en Rheinhessen. Pourtant, dans la petite ville d’Ingelheim, le premier rôle revient aux pinots, dont on rapporte que Charlemagne avait ordonné la culture. Les Straußwirtschaften, ces sortes de caveaux de dégustation, sont également l’héritage de l’empereur, qui autorisa les vignerons à distribuer leurs propres vins dès le Moyen-Âge. Ingelheim lui servit de palais, l’Aula Regia (hall royal) en témoigne aujourd'hui encore. Une exposition retrace les fouilles, toujours en cours (www.kaiserpfalz-ingelheim.de , ouvert tous les jours sauf le lundi). Le circuit du palais impérial commence dans la rue « Im Saal » et compte 18 arrêts.

À vélo hier et aujourd'hui

Le chemin de randonnée cycliste de Selztal s’achève juste avant la confluence de la Selz et du Rhin. Partant d’Alzey, il traverse les collines de la Rheinhessen, les vignobles, les champs et les villages à colombages. Les 50 kilomètres se font en cinq heures, pauses comprises. Symbolisé par un vélo vert sur fond blanc, le chemin fait une boucle près de Selzen et conduit à Nieder-Olm, puis aux charmants villages de Schwabenheim, avec sa place du marché historique, et à Groß-Winternheim (tracé et cartes sur www.rheinhessen.info.de). Gau-Algesheim n’est plus qu’à deux pas, ainsi que le musée du vélo de Rheinhessen (www.fahrradmuseum-rheinhessen.de, ouvert de Pâques à octobre les dimanches et jours fériés de 11 h à 17 h).


Sur les traces de la souris rouge

L’emblème de Bingen est la « Tour de la souris », qui a nourri d’innombrables légendes. De Pâques à fin octobre, on peut marcher « Sur les traces de la souris rouge » : la visite guidée commence le samedi à 10 h 30 à l’office du tourisme (www.bingen.de). Lorsque le niveau du Rhin est bas, on peut s’aventurer assez loin sur de petits remblais pour chercher des moules. Depuis la baignade, on jouit d’un extraordinaire panorama sur le Rheingau. En hiver, on peut traverser la forêt de Bingen pour gagner la tour du Salzkopf. Au numéro 9 de la rue « am Friedhof », les amateurs de littérature en sauront davantage sur le poète Stefan George (le musée est ouvert le mardi, le jeudi et le samedi de 14 h à 17 h). Le Historisches Museum am Strom est hébergé dans une ancienne centrale électrique et montre des expositions sur Hildegard de Bingen et le romantisme rhénan (www.bingen.de/tourist/index.php, ouvert tous les jours sauf le lundi de 10 h à 17 h).

Swing à Bingen, classique en caves

Chaque année, au mois de juin, le festival « Bingen swingt » propose un savant mélange de groupes connus et de jeunes talents (www.bingen-swingt.de). Worms rend hommage au jazz en juillet (informations sur www.worms.de) et le mois de mai inaugure un cycle de cinq mois d’expositions, de danse et de musique, à la ville comme à la campagne (calendrier des manifestations voir www.kultursommer.de). Dans le cadre du programme « Classique en caves », d’anciennes étables utilisées comme caves à vins sont transformées en salles de concert. L’acoustique y est excellente et l’ambiance inimitable. La Rheinhessen compte une cinquantaine de ces lieux hors norme et la « Journée caves ouvertes » permet de visiter quelques-unes de ces caves à voussures particulières. Dans la petite, mais non moins adorable ville d’Eckelsheim, le Kulturhof conjugue culture et plaisirs culinaires (http://www.kulturhof-eckelsheim.de/).

Des caves labyrinthiques aux riants vignobles

Avec ses maisons à colombages et sa délicate église Ste-Catherine, Oppenheim déploie ses charmes en surface, mais le sous-sol de cette petite ville du Rhin n’en est pas moins attirant. Sur cinq étages, les caves labyrinthiques sous la place du marché vous emmènent dans les profondeurs (visites le week-end voir www.stadt-oppenheim.de/oppenheims_untergrund.htm). Le musée allemand de la viticulture (www.dwb-museum.de, ouvert tous les jours sauf le lundi de 14 à 17 h, d’avril à octobre) expose des tire-bouchons et des tracteurs, ainsi qu’un atelier de tonnellerie et une collection de souricières. Dégustations sur réservation. Le festival d’Oppenheim se déroule dans les murs de la ruine Landskrone. De mai à juillet, Nackenheim, la ville natale de Carl Zuckmayer, joue les pièces de l’auteur, y compris « Der fröhliche Weinberg » (www.carl-zuckmayer.de). Le fameux cru du « Roter Hang » s’étire précisément entre Nackenheim et Nierstein. Il faut compter trois heures (aller-retour) pour accomplir cette jolie randonnée, après quoi on pourra se restaurer dans une authentique Straußwirtschaft (autres idées de randonnées : http://www.nierstein.de/)


20080121_01_10_050_A4.jpg
20080121_01_10_040_A4.jpg
20080121_01_10_033_A4.jpg

Au pays de la radio et de la télévision

À Mayence, la capitale du Land de Rheinland-Pfalz, le ministre de la Viticulture règne sur les deux tiers du vignoble allemand. Tous les mardis, vendredis et samedis, un marché bigarré anime le parvis de l’impressionnante cathédrale St-Martin. Mayence regroupe trois institutions radiophoniques, ainsi que les locaux de la deuxième télévision publique, qui organise des visites guidées trois fois par jour (inscriptionsfuehrungen@zdf.de, www.zdf.de). Pour visiter la radio Südwestrundfunk, s’inscrire par téléphone au 0049 (0) 6131 / 929 2291 (www.swr.de). Les fans de sports mécaniques pourront s’en donner à cœur joie sur la piste de kart (www.kartbahn-mainz-finthen.de, un parcours de sept minutes coûte 6 €). La visite des caves Kupferberg se termine rarement à sec (6,50 € par personne, s’inscrire au 0049 (0) 6131 / 9230, www.kupferbergterrasse.de). Certaines parties des caves remontent au temps des Romains et s’enfoncent sur sept étages. Au musée régional (Mainzer Landesmuseum), ne ratez pas le petit chien de verre de l’époque celtique (www.landesmuseum-mainz.de). Le château des princes-électeurs (Kurfürstliches Schloss) n’abrite pas uniquement le parlement régional, mais aussi des vestiges de l’ère glaciaire (www.rzgm.de). Au musée de la navigation antique, le forum du vin de la Rheinhessen présente au mois d’octobre 150 vins primés au milieu des vestiges antiques (http://www.rheinhessenwein.de/).

Les Nibelungen et la cathédrale de Worms

Quand, le dernier week-end d’août, le « Bojemääschter vun de Fischerwääd » (le maire de la Fischerweide) prend les destinées de la ville en main, la fête du poisson pané (Backfisch) de Worms peut commencer. Début août, c’est le festival des Nibelungen qui campe devant la majestueuse cathédrale impériale (www.nibelungenfestspiele.de). La légende prétend même que Brunehilde et Kriemhild sont venues ici à la messe. Le musée des Nibelungen est niché dans l’enceinte médiévale (www.nibelungen-museum.de, ouvert tous les jours de 10 h à 17 h sauf le lundi). Près de l’église Magnuskirche, le « Heiliger Sand » est couvert de mousse et fait partie des plus anciens cimetières juifs. Le musée juif se trouve dans la maison Raschi (ouverte du mardi au dimanche, www.worms.de). Tout autour de Worms, les communes du Wonnegau méritent elles aussi le détour. À Dalsheim, le Fleckenmauer, un mur du XIVe siècle, est bien conservé et à Westhofen, on peut manger dans une ancienne étable (Deutsches Haus).


Volker von Alzey et à la découverte des plantes

Dans la coquette ville d’Alzey, on se sent un peu plus proche de Volker, le ménétrier du chant des Nibelungen. Un cheval de bronze a été érigé sur la place du marché en son honneur. Alzey est situé dans l’ancien bassin mayençois, aussi n’est-il pas étonnant de trouver des traces de coquillages dans les vignobles et les champs environnants. Le musée les conserve, ainsi que le squelette du lamantin « Elsa » (ouvert tous les jours sauf le lundi de 10 h à 12 h et de 14 h à 16 h 30). Dans la proche ville de Flonheim, le plus vieux cinéma du pays projette encore des films un mercredi sur deux (www.trulliland.de). En vous promenant autour de Flonheim, vous tomberez sur de drôles de constructions : ce sont des trulli, des bâtisses rondes coiffées d’un cône et plantées au milieu des vignobles. Il faut aller dans le sud de l’Italie pour en trouver d’identiques. Après la saison, qui dure de mars à septembre, on pourra découvrir des plantes médicinales et des herbes aromatiques sur le sentier de la « Suisse de la Rheinhessen ». Vous pourrez même vous faire accompagner par un guide spécialisé (calendrier sur www.kraeuterschule-herbula.com  ou http://www.kraeuter-hexen.de/).

Activités pour les enfants

Bengal et Fluffis ont été les premiers tigres royaux à prendre leurs quartiers au milieu des vignobles d’Ingelheim, rejoints ensuite par Kashmir, Mara et Shirkan. Aujourd'hui, le jardin des tigres de Waldeck abrite six de ces félins, qui dévorent chacun quatre à six kilos de viande par jour. Les visites sont ouvertes du mercredi au dimanche à partir de 12 h 30 en été et du vendredi au dimanche à partir de 14 h en hiver. Le site www.tiger-garten-waldeck.de permet une première visite virtuelle à travers l’enclos près de la tour de Bismarck. Le Musée Gutenberg de Mayence regorge de livres anciens et d’imprimés de grande valeur et les enfants pourront s’essayer eux-mêmes à l’imprimerie dans le cadre de l’atelier, ouvert à tous chaque jeudi, entre 10 h et 17 h. Grâce aux presses à main, aux lettres de plomb et aux lettres de bois, on peut tout comprendre de l’invention de Gutenberg (www.druckladen.mainz.de). Le musée lui-même est ouvert tous les jours sauf le lundi, adultes 5 €, enfants 3 € (http://www.gutenberg.de/).

Fêtes du vin

Entre mai et septembre, il n’y a pas un week-end sans fêtes en Rheinhessen. L’une des fêtes du vin les plus populaires est la Kellerwegfest à Guntersblum (troisième et quatrième week-ends d’août). Fin septembre, dix jours durant, Ingelheim célèbre la fête du vin rouge autour de l’église Burgkirche. On commence par couronner la reine du vin rouge, puis les vignerons paient leur tournée aux invités. Les jours suivants, il y a des circuits à travers la ville, la fête d’action de grâces pour les récoltes est célébrée le dimanche et un feu d’artifice est tiré depuis le Burgberg le dernier lundi. Une navette est organisée entre le lieu de la fête et les localités environnantes.

Sans oublier

Si vous souhaitez mieux connaître la région et ses habitants, la perspective de passer des vacances dans une ferme de vignerons devrait vous plaire. Vous pourrez à l’occasion participer aux vendanges ou faire une visite des caves. Mais surtout, les hôtes ont toujours de bonnes adresses à divulguer (www.rheinhessen.info/de/winzerurlaub). L’office du tourisme de la Rheinhessen propose également des offres forfaitaires telles que « Von Winzerhof zu Winzerhof» (D’une ferme de vigneron à l’autre), qui se présente sous la forme d’une randonnée cycliste de cinq jours avec transfert des bagages.