Grauburgunder

Cépages rouges

Grauburgunder

Le Ruländer version moderne

Les Grauburgunder sont généralement secs, moyennement corsés et quelque peu acidulés. Le Ruländer, par contre, est souvent présenté comme un vin riche avec une douceur marquée.


Histoire

Parti de Bourgogne, il a gagné la Suisse et la Hongrie avant de s’installer dans nos contrées, sans doute au 14ème siècle. La dénomination française ‘Pinot’ fait référence au mot français ‘pin’ et décrit la forme des grappes, qui ressemblent à une pomme de pin. L’appellation ‘Ruländer’ vient, pour sa part, du marchand Johann Ruland, qui découvrit ce cépage (inconnu de lui) en 1711, dans un jardin de la petite localité palatine de Speyer, et le multiplia. Les viticulteurs ont, dès le 19ème siècle, été convaincus par la qualité des vins obtenus et lui attribuèrent fièrement des noms régionaux différents, aujourd’hui disparus. ‘Ruländer’ est le nom sous lequel le cépage en question a été classé. Pour les variantes allemandes, des synonymes comme ‘Grauer Burgunder’ et ‘Grauburgunder’ sont autorisés.

Importance

Aujourd’hui, le Grauer Burgunder est présent en Europe centrale, mais aussi outre-mer. En Allemagne, cette variété a connu un regain de popularité. Près de 4.400 ha – soit 4 % de la superficie d’encépagement en Allemagne – lui sont dédiés. Auparavant, le Grauer Burgunder est souvent désigné sous le synonyme de ‘Ruländer’. Les Ruländer étaient pourtant généralement doux et riches, alors que les Grauer Burgunder sont surtout secs. Les viticulteurs du pays de Bade en particulier consacrent à ces derniers plus de 10 % de leurs surfaces cultivées, soit au total quelque 1.650 hectares. Le Pfalz et la Rheinhessen contribuent avec plus de 1.000 hectares chacun, contre 200 hectares environ pour la vallée de la Nahe. Le Grauburgunder est considéré comme un cépage ‘Classic’ dans neuf des treize régions viticoles allemandes.


Culture

Le Grauburgunder a un excellent rendement et fournit, si souhaité, des poids de moût élevés. Les grains serrés facilitent les attaques de Botrytis pour la production de vins doux naturels. Cette variété est peu exposée aux maladies et n’est presque pas sensible au gel. Elle croît particulièrement bien sur des lœss en terrasses, des sols calcaires et des surfaces pierreuses. Les sols limoneux, par contre, sont moins appropriés.

 

Elevage /Saveur

Le Grauburgunder est élevé volontiers en conteneur en acier, en foudre et en barrique avec fermentation malo-lactique. Cet élevage donne généralement des vins secs moyennement corsés et plutôt acides. Le Ruländer, par contre, fournit souvent des vins riches plutôt doux. La robe est de couleur jaune pâle, jaune dorée ou même ambre, selon le mode d’élevage et le niveau de qualité. Le Grauburgunder s’est vu imputer en particulier des arômes de noix vertes, d’amandes, de beurre frais, de poire, de fruits secs et de raisins, d’ananas et d’agrumes. A tout cela s’ajoutent des notes de végétaux comme des haricots verts ou cosses de poivrons.


Dégustation

Les Grauburgunder jeunes, légers et secs à demi-secs conviennent comme vin d’été. Les vins Kabinett ou vendanges tardives (Spätlese) s’harmonisent bien avec des fruits de mer, des poissons de mer forts en goût, des pâtes, de l’agneau, de la volaille sauvage, du jeune gibier et un fromage affiné à pâte molle. Les vins élevés en barriques forment un couple idéal avec des mets savoureux à base d’agneau et des plats de gibier légers comme la volaille sauvage ou le chevreuil. Les vins doux et fruités issus de vendanges tardives ou les Auslese doux naturels se marient très bien avec des fromages à moisissures nobles riches en matières grasses ou des desserts à base de miel, d’amandes ou de massepain.